Oceania Football Confederation > News > 2017 OFC U-16 Women's Championship > Delcroix, un champion du football féminin

Delcroix, un champion du football féminin

Après s’être inclinée devant la puissante équipe de Nouvelle-Zélande lors du Tournoi féminin U-16 de l’OFC à Samoa, la Nouvelle-Calédonie espère avoir bien tiré les enseignements de sa défaite avant de retrouver à nouveau les Kiwis en finale demain.

La discipline féminine dans le territoire français a connu des hauts et des bas au cours des dernières années, allant d’une médaille d’argent aux Jeux du Pacifique en 2015 à une défaite par un score record de 26-0 infligée, la même année, par la Nouvelle-Zélande au Tournoi féminin U-20 de l’OFC.

Malgré ces résultats variables, un groupe de personnes continuent à œuvrer à faire grandir le football féminin – et Matthieu Delcroix, l’entraineur de l’équipe féminine U-16 de Nouvelle-Calédonie en fait partie.

Delcroix est doté d’un formidable tempérament qui semble parfaitement convenir au football féminin.

Calme et rarement agacé, il ne hausse presque jamais la voix pour donner ses instructions et il est une source constante d’encouragement pour ses jeunes protégées.

Et c’est une approche qui a fait ses preuves.

La joueuse Jackie Pahoa, milieu de terrain au rôle déterminant dans la sélection de Delcroix  à Samoa, a observé son attitude.

« Nous avons une très bonne équipe et notre entraineur nous encourage beaucoup », a-t-elle dit.

« Il regarde les matchs et nous explique comment jouer.»

Face à Tahiti, et avec comme enjeu une place en demi-finale, l’équipe était menée d’un but lors de la première mi-temps. Mais Pahoa, qui a marqué le but d’égalisation très tôt après la reprise, a expliqué que c’était Delcroix qui avait permis à l’équipe de rester sur la bonne voie

« Nous avons baissé la tête parce qu’elles ont marqué. Mais l’entraineur nous a bien parlé, il nous a encouragé », a-t-elle dit.

Modeste, Delcroix insiste que c’est un effort collectif, et que ce qui a fait la différence, c’est la manière dont les joueuses ont répondu à ses conseils et à ceux de l’entraineur-adjointe Charlotte Pelletier.

Avec à un match contre la Nouvelle-Zélande à l’horizon et une possible place en Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Delcroix a évoqué la motivation de son équipe.

« Nous sommes confiants et nous allons voir ce que nous pouvons faire face à la Nouvelle-Zélande », a-t-il dit.

« Au minimum, nous voulons éviter de faire les mêmes erreurs que celles que nous avons faites lors du premier match. Et je pense que pour ce deuxième match, toutes les filles sont motivées et veulent montrer qu’elles peuvent faire mieux.

« L’important, c’est que c’est mérité. Les filles méritent d’être là en finale parce qu’elles ont fourni le travail nécessaire. »

Delcroix a concédé qu’après une défaite 7-0 contre la Nouvelle-Zélande en phase de groupes, il fallait rester réaliste sur ce qu’elles pouvaient faire en finale.

Mais il a précisé que d’admettre qu’elles étaient les outsiders ne voulaient pas dire qu’elles avaient jeté l’éponge avant le coup d’envoi.

« Nous savons qui sont les favorites et nous allons donner le meilleur de nous-mêmes », a-t-il déclaré.

« Nous avons observé la manière de jouer des Néo-Zélandaise, tant contre nous que contre les autres équipes, et nous avons pu les voir en difficultés dans certaines situations.

« Je pense que nous allons devoir adapter certains aspects de notre style de jeu, et certainement notre manière de défendre. »

Il a déclaré que, même en connaissant la force de leurs adversaires, les joueuses étaient déterminées à montrer ce dont elles étaient capables.

« Je ne suis pas à leur place, donc je ne sais pas exactement ce qu’elles ressentent, mais je sais qu’elles sont incroyablement motivées.

« Elles ont fait leur preuve à maintes reprises et ce serait triste de perdre la finale par un grand écart de buts, mais je pense que l’engagement de toutes est encore très fort et qu’elles vont tout donner pour prouver que, si elles sont là aujourd’hui, c’est qu’elles le méritent. »

Le Tournoi féminin U-16 de l’OFC est l’opportunité pour cette équipe de faire parler du football féminin en Nouvelle-Calédonie et Delcroix a confié qu’il était important de reconnaître les efforts et les sacrifices fournis par les filles, mais aussi par leurs proches.

« Je voudrais remercier tout le monde pour leur soutien depuis la Nouvelle-Calédonie, les familles,  les amis et les clubs.

« Nous allons donner le meilleur de nous-mêmes pour vous montrer que nous vous avons entendus et nous nous battrons jusqu’au bout.”

Related posts

Comment